Nous avons besoin d'une ville qui prendra des mesures pour interrompre l'urgence climatique !

En tant que visage urbain représentatif du Canada dans un monde en évolution, Ottawa a la responsabilité de s'impliquer dans les événements internationaux actuels. La région de la capitale nationale, en particulier, doit faire preuve de souplesse pour adapter ses infrastructures, ses programmes et ses politiques afin de relever les défis qui se posent bien au-delà des frontières municipales, provinciales et fédérales.

[/button] Soutenir l'appel à un traité sur les combustibles fossiles [/button]

Selon un rapport sur les risques publié en 2020 par le Forum économique mondial, l'inaction de l'humanité face au changement climatique a été jugée plus probable, et les dommages qu'elle causerait plus graves, que l'utilisation d'armes de destruction massive ou une guerre nucléaire mondiale. L'incapacité de l'humanité à agir sur le changement climatique est désormais la plus grande menace pour la présence continue de la vie civilisée sur terre. Dans la mesure où l'écosystème de plus en plus déstabilisé de notre planète laisse présager une catastrophe comparable à l'anéantissement d'une guerre nucléaire, le taux actuel d'utilisation de combustibles fossiles par l'humanité, s'il n'est pas interrompu pendant une décennie de plus, pourrait bien être considéré comme un acte assimilable à la saisie des codes de lancement de missiles et à la pression d'un gros bouton rouge.

 

Les combustibles fossiles sont à l'origine de près de 75 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre et de 80 à 90 % des émissions de dioxyde de carbone, ce qui accélère le réchauffement de l'atmosphère et l'appauvrissement de la couche d'ozone. Les projets de combustibles fossiles sont les principaux producteurs de CO2 atmosphérique et les principaux moteurs de l'indice de chaleur planétaire. L'accord de Paris sur le climat de 2015 ne fait toutefois aucune mention du pétrole, du charbon ou du gaz. L'accord de 2015, qui visait à lutter contre le changement climatique grâce à la déclaration volontaire des émissions par les nations et à la réduction de la demande de combustibles fossiles sur le marché, dans le but de parvenir à des émissions nettes de carbone nulles d'ici 2050, s'est révélé inefficace : même en pleine pandémie de coronavirus, le taux d'absorption du dioxyde de carbone dans l'atmosphère terrestre n'a pas ralenti au cours des six dernières années.

Malgré les engagements pris dans le cadre de l'accord de Paris, qui exigent une diminution annuelle de 6 % de la production de combustibles fossiles pour atteindre l'objectif final de "zéro émission nette" de carbone d'ici à 2050, un récent rapport sur le "déficit de production", présidé par le programme environnemental des Nations unies et d'autres instituts de recherche de premier plan, montre que les gouvernements prévoient en fait une augmentation de 2 % des projets de combustibles fossiles et sont en passe de produire, d'ici à 2030, deux fois plus de combustibles fossiles que ce qui est nécessaire pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré Celsius.

Les recherches actuelles montrent également qu'un réchauffement atmosphérique même de 1,5 degré, et non de 3,2 degrés comme le prévoient les objectifs de l'accord de Paris de 2015 s'ils sont atteints, entraînera rapidement des changements dans l'écosystème planétaire qui seraient autrement catastrophiques pour la vie humaine. Faisant écho à l'"urgence climatique" que le Parlement européen et la ville d'Ottawa ont déclarée il y a plus de deux ans, en 2019, ainsi qu'à la recherche que plus de 11 000 scientifiques de la biosphère ont signée en 2020 et qui affirmait "clairement et sans équivoque, que la planète Terre est confrontée à une urgence climatique", un rapport récemment publié en août 2021 par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), parrainé par les Nations unies, donne une idée encore plus précise du délai dans lequel l'humanité peut encore agir avec succès pour interrompre un réchauffement planétaire incontrôlé. Le rapport du GIEC montre qu'une augmentation de la température atmosphérique de plus de 1,5 degré par rapport aux niveaux de l'ère préindustrielle entraîne des "points de basculement" tels que la désertification massive des forêts tropicales, la fonte du bouclier glaciaire de l'Antarctique occidental, le blocage des courants océaniques qui font circuler les températures atmosphériques mondiales, les incendies de forêt boréale et la fonte du pergélisol, qui libèrent davantage de CO2. Même si la combustion du carbone cessait aujourd'hui, le CO2 piégé continuerait à réchauffer notre planète au-delà de sa température actuelle, qui est déjà supérieure d'un degré aux niveaux préindustriels.  Un arrêt mondial de la production de combustibles fossiles est désormais nécessaire avant 2030, simplement pour maintenir le réchauffement atmosphérique à 1,5-2 degrés.

Tout comme cette urgence climatique est le fait de l'homme, son antidote, la transition rapide vers un monde plus équitable et à faible émission de carbone, peut être accompli. Les énergies renouvelables telles que l'énergie solaire et l'énergie éolienne sont désormais plus sûres, plus propres et, grâce à l'effort de distribution de la dernière décennie, nécessitent des investissements infrastructurels moins coûteux que l'entretien de leurs alternatives au charbon, au pétrole et au gaz. Toute analyse du coût réel des combustibles fossiles, en tenant compte des "externalités" telles que la pollution, l'inégalité industrialisée et les guerres par procuration, devrait montrer définitivement que le monde ne peut plus se permettre d'utiliser le pétrole, le charbon et le gaz. On a calculé que la pollution de ces industries coûte à elle seule 8 milliards de dollars par jour aux particuliers, soit, selon le Fonds monétaire international, 53 000 milliards de dollars par an pour les contribuables. En termes plus humanistes, la pollution par les combustibles fossiles coûte 3,6 millions de morts par an, soit 90 % des poumons propres de tous les enfants du monde. Au risque d'énoncer une évidence, la plus grande externalité à la croissance de l'industrie des combustibles fossiles via les profits est l'écosphère planétaire, et donc la base de la vie elle-même.

 

L'engagement de l'humanité à réorienter la production d'énergie des combustibles fossiles vers des énergies renouvelables à faible teneur en carbone au cours des jours, des mois et des années de cette décennie déterminera si le changement climatique (c'est-à-dire l'élévation du niveau de la mer, la désertification et les phénomènes météorologiques "extrêmes") sera un processus relativement progressif sur des siècles ou une avalanche de catastrophes causant des dommages insurmontables en l'espace d'une seule génération, rendant l'écosphère inhabitable pendant des centaines de milliers d'années, une échelle de temps bien supérieure à celle à laquelle la civilisation humaine actuelle tend à mesurer la croissance.

Si l'on veut que les sociétés, les gouvernements et la civilisation en général restent viables alors que le changement climatique s'intensifie, un effort coordonné au niveau mondial pour mettre fin à la production de combustibles fossiles et passer à des énergies propres et renouvelables est nécessaire immédiatement, au cours de cette décennie.

QU'EST-CE QUE LE TRAITÉ DE NON-PROLIFÉRATION DES COMBUSTIBLES FOSSILES ?

Le traité de non-prolifération des combustibles fossiles (FFNPT) est une plateforme regroupant un réseau international de chercheurs, d'universitaires, de scientifiques, de groupes de la société civile, d'organisations et de municipalités ayant l'intention commune de protéger la vie des générations actuelles et futures. L'accord du traité appelle les gouvernements du monde entier à soutenir l'élimination progressive, juste et équitable, des combustibles fossiles tout en assurant une transition rapide vers des voies d'énergie renouvelables et durables. Les objectifs du traité s'appuient sur les recherches actuelles sur le climat et la biosphère, qui soulignent l'importance de ne pas dépasser un réchauffement de 1,5 degré Celsius.

Contrairement à l'Accord de Paris, le FFNPT part du principe que les combustibles fossiles doivent rester dans le sol. Bien qu'il n'existe pas de monde viable dans lequel l'utilisation des combustibles fossiles puisse continuer à se justifier, le FFNPT reconnaît également qu'un plan de coopération financière internationale et de développement des infrastructures sera désormais nécessaire pour contrer l'extinction massive due aux combustibles fossiles. Pour comprendre le réseau de sous-produits dépendant des combustibles fossiles qui ont colonisé les systèmes de transport, les chaînes d'approvisionnement alimentaire et les codes de construction de nos villes, il faut un leadership civil responsable et compétent, doté de plans contraignants pour faciliter la mise en place d'infrastructures à faible émission de carbone et s'attaquer à la menace que l'industrie des combustibles fossiles a imposée à notre planète.

Le traité de non-prolifération des combustibles fossiles reprend le langage et la structure du traité mondial de non-prolifération nucléaire de 1968 pour désigner sans ambiguïté les combustibles fossiles comme des substances de destruction massive. Les trois piliers du traité sont les suivants :

1) Non-prolifération - empêcher l'expansion et l'exploration des projets de production de pétrole, de gaz et de charbon, conformément au Programme des Nations Unies pour l'environnement. Un aspect innovant de cette prévention est le Registre mondial multilatéral et à source ouverte des combustibles fossiles prévu par le traité.

2) Le désarmement : éliminer les combustibles fossiles en supprimant les subventions, en limitant l'extraction, en régulant l'offre, en démantelant les infrastructures inutiles, en défendant les communautés autochtones et les communautés touchées, et en réorientant le soutien vers les énergies alternatives durables et renouvelables.

3) Une transition pacifique - Faciliter une transition équitable et juste pour sortir de la dépendance aux combustibles fossiles, en permettant la diversification économique et l'adoption d'alternatives énergétiques renouvelables et rentables, notamment en soutenant les travailleurs, les communautés et les pays vulnérables qui ont supporté l'essentiel des coûts externes des combustibles fossiles.

Supported thus far by over 100 nobel prize winners including His Holiness the Dalai Lama, 2000 scientists and academic researchers, international organizations such as the Indigenous Environmental Network, 350.org, and Climate Action Network Canada, as well as Sydney, Los Angeles, Barcelona, Vancouver and Toronto, perhaps the most promising design feature of the FFNPT is its recognition of the need for systemic collaboration to overcome the planet-wide threat fossil fuels have posed. By locating the capacity and responsibility for action across a wide variety of civil organizations, youth and Indigenous groups, sub-national government and non-governmental organizations, the FFNPT ensures a resilient, widespread, multilateral, cooperative base of support remains to take up the task of phasing out fossil fuels and fast-tracking towards safer renewable energy pathways.

By keeping the clear and present danger of fossil fuels front and centre in its documentation, the FFNPT provides a backbone and foundational principles that policy makers, organizations and individuals may build upon to dismantle networks of fossil fuel dependency. Facets of the program, such as the registering of existing fossil fuel production sites, the redirection of finance and the cross-cultural sharing of renewable technologies become matters of life and death.

POURQUOI LE TRAITÉ DE NON-PROLIFÉRATION DES COMBUSTIBLES FOSSILES EST BON POUR LE CANADA ET OTTAWA.

Parmi les organisations qui contribueront au traité, la ville d'Ottawa occupe une position diplomatique et symbolique cruciale. Les municipalités canadiennes détiennent la part du lion de la responsabilité de faciliter une transition juste et équitable vers l'abandon des combustibles fossiles, permettant à des communautés diverses et équitables de s'épanouir.

Alors que le gouvernement fédéral canadien a jusqu'à présent fait preuve d'une incapacité à perturber les projets de combustibles fossiles destructeurs à l'échelle mondiale, un soutien d'une autre ville canadienne, et en particulier de la capitale du pays, signalerait l'importance des efforts de mobilisation infranationaux. Alors que le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a clairement déclaré que subventionner les combustibles fossiles revient simplement à utiliser l'argent des contribuables pour " stimuler les ouragans, étendre les sécheresses, faire fondre les glaciers, blanchir les coraux : détruire le monde ", le gouvernement fédéral canadien, malgré son engagement déclaré à lutter contre le changement climatique, continue matériellement à subventionner l'extraction des combustibles fossiles. Au cours des cinq prochaines années, le Canada ne devrait être devancé que par les États-Unis pour ce qui est du nombre de projets d'exploitation de combustibles fossiles qu'il va développer et lancer. Les plans visant à pomper 173 milliards de barils de pétrole à partir des sables bitumineux de l'Alberta consommeront à eux seuls un tiers du budget carbone restant dans le monde. Au rythme actuel, le monde dépassera ce budget de 500 gigatonnes de carbone atmosphérique d'ici 2030, ce qui entraînera une augmentation de la température d'au moins 1,5 à 2 degrés. Les enjeux seront nettement plus élevés au Canada, dont la masse continentale nordique absorbera, selon les estimations, de 1,8 à 6,3 degrés de chaleur supplémentaires au cours du siècle. Bien que le Canada ne compte qu'environ un demi pour cent de la population humaine totale de la planète, cette population, quelle que soit la façon dont elle s'organise, continuera à jouer un rôle non représentatif dans les transitions climatiques à venir.

Les efforts multilatéraux dans les pays à forte consommation de carbone comme le Canada sont essentiels pour ouvrir des voies sociétales vers les énergies renouvelables. Avec une consommation de ses citoyens 3,93 fois supérieure à la moyenne mondiale, le Canada se classe actuellement au neuvième rang des nations pour l'utilisation de combustibles fossiles par habitant, derrière Trinité-et-Tobago, qui a des projets de forage en mer, et sept nations riches en pétrole du Moyen-Orient. Alors même que le mode de vie des Canadiens, fondé sur les combustibles fossiles, précipite le monde vers un réchauffement catastrophique, les organisations canadiennes sont les mieux équipées pour mettre fin à la dépendance aux combustibles fossiles. Les villes de pays tels que le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada, dotées de systèmes de taxation diversifiés, d'économies et d'un PIB qui n'est pas uniquement lié aux revenus du pétrole, bénéficient d'un plus grand degré d'adaptation sociétale, avec les ressources nécessaires pour passer aux énergies renouvelables, remplacer les infrastructures obsolètes et verdir les communautés, permettant ainsi à la vie civile de s'épanouir au sein d'une économie écologiquement équilibrée et à faible émission de carbone. Les centres urbains restent également le terrain zéro de la lutte contre le changement climatique, les infrastructures de transport, de construction, de béton et d'aménagement contribuant pour plus de 75 % au réchauffement de la planète.

 

L'incapacité du Canada à s'attaquer au changement climatique sur la scène mondiale montre qu'il existe un réel besoin d'un nouveau type de relations multilatérales interconnectées au niveau mondial pour démanteler rapidement les économies basées sur les combustibles fossiles. Les réfugiés climatiques bien informés du monde entier comprennent de plus en plus que la consommation abondante de combustibles fossiles dans des pays comme le Canada a directement contribué à la disparition de leurs foyers, et plus des trois quarts des Canadiens interrogés croient maintenant que le changement climatique est une urgence.

Le climat local futur d'Ottawa continuera à devenir plus chaud et plus humide, avec des températures extrêmes plus importantes. Nous n'avons jamais été, et ne serons jamais, isolés de la catastrophe climatique mondiale. Les personnes évacuées des atolls micronésiens submergés ou des vallées inondées du Bangladesh, les communautés autochtones de l'Arctique qui ont perdu des habitudes alimentaires établies depuis des générations, ou les anciens résidents de Lytton, en Colombie-Britannique, dont les maisons ont été réduites en cendres sous un " dôme thermique ", ont déjà vécu le réchauffement de la planète comme un phénomène imminent qui met leur vie en danger. Alors que le rétrécissement des habitats animaux continuera à offrir des conditions idéales pour la propagation de zoonoses comme le coronavirus, personne n'est resté à l'abri des effets du réchauffement climatique dû aux combustibles fossiles.

Demeurant anxieusement insurmontable par toute personne isolée, mais également non traitée par les juridictions territoriales nationales souveraines, l'"urgence climatique" en cours de démêlage est un problème par excellence pour les acteurs intermédiaires : les organisations gouvernementales souples et infranationales et les groupes connectés au niveau mondial impliqués dans les routines et infrastructures quotidiennes. La gravité des dommages causés par la transformation à venir du climat dépendra des réponses politiques collaboratives et responsables apportées par ces organisations, au-delà des clivages public/privé, gouvernement/industrie et régional/transnational.

 

QUE FAUT-IL FAIRE ?

Avant la conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26) qui se tiendra à Glasgow au début du mois de novembre 2021, Ottawa doit apporter son soutien aux côtés des villes canadiennes populeuses de Toronto et Vancouver, qui ont déjà approuvé le FFNPT. Cela montrera que les Canadiens, par le biais de l'engagement municipal, sont prêts à faciliter les actions et la communication mondiale nécessaires pour maintenir une vie civilisée dans le contexte actuel d'urgence climatique. Le seul rôle symbolique d'Ottawa, en signalant ce changement, est crucial. En approuvant le traité FFNPT, les municipalités canadiennes, dont Ottawa, peuvent encore faire preuve d'un engagement uni pour renverser notre bilan national en matière de changement climatique. Puisque l'on s'attend à ce que les discussions de la conférence portent également sur les réparations des nations riches envers les victimes des changements climatiques causés par l'homme dans les pays vulnérables et en développement, la participation d'Ottawa devrait signaler notre volonté d'assumer nos responsabilités, d'établir des collaborations de recherche internationales, de nous engager dans des transferts de connaissances et, en fin de compte, de jouer un rôle proactif dans le climat mondial.

Le FFNPT, une fois adopté, fournira également une base de référence pour la mise à jour des politiques et programmes environnementaux locaux d'Ottawa, car ceux-ci ont été conçus pour répondre aux objectifs de l'Accord de Paris sur le climat de 2015, et sont depuis devenus obsolètes.

Grâce au FFNPT, la ville d'Ottawa peut forger un nouveau type de diplomatie transnationale résiliente et multilatérale, en devenant l'une des nombreuses organisations du monde entier réunies autour de l'objectif commun de mettre fin à la production de combustibles fossiles et de renouveler les conditions écologiques qui permettront la vie sur terre.

Il est important que nous fassions un suivi auprès des représentants du gouvernement afin qu'ils fassent d'Ottawa l'une des premières villes à adopter ce traité d'importance mondiale :

1. Faites savoir à vos conseillers municipaux d'Ottawa que l'urgence climatique et le Traité de non-prolifération des combustibles fossiles requièrent toute leur attention et leur soutien immédiat.

2. Contactez les dirigeants des organisations concernées, en demandant en particulier aux dirigeants impliqués dans les organisations transnationales de s'inscrire et de coordonner les efforts politiques avec le centre de campagne du traité sur les combustibles fossiles.

3. Ecologie Ottawa a également organisé un certain nombre d'initiatives de campagne qui s'inscrivent directement dans les valeurs plus larges et les objectifs globaux du Traité de non-prolifération des combustibles fossiles. Aider à innover dans n'importe laquelle de ces initiatives contribue à la coordination, l'infrastructure, le changement de base qui est fondamental pour le FFNPT. (Ces campagnes incluent : Voisinage 15 minutes, infrastructure verte et Équité climatique Ottawa).

Écrit par Paul Schissel, Ph.D. pour Écologie Ottawa

Partager cette page

Rejoingnez-nous
J'agis!
Nouveautés
Faire un don

Connectez-vous avec nous