L'évaluation climatique dans la proposition de budget d'Ottawa

For this page in English, click here.

 

La ville a présenté un nouveau projet de budget serré qui contient plusieurs investissements proactifs dans le domaine du climat et autant de pas en arrière déroutants.

Le projet de budget comporte quelques mesures positives, notamment un engagement à effectuer des versements annuels en faveur du Plan directeur sur les changements climatiques, un financement pour développer le couvert forestier de la ville, un investissement dans l'acquisition d'autobus électriques annoncée précédemment et un gel des tarifs de transport en commun. La Ville s'est également engagée à appliquer une " optique climatique " à la gestion des biens et aux projets d'immobilisations, ce qui permettra d'évaluer comment chaque investissement aidera ou nuira aux objectifs climatiques d'Ottawa avant de l'approuver. La présence de ces éléments dans le budget est un bon signe que la ville commence à prendre la menace de la crise climatique plus au sérieux. Les détails de certains de ces engagements, cependant, donnent à réfléchir sur la mesure dans laquelle ce travail important sera réellement réalisé.

 

Bien qu'il soit important de s'engager à investir annuellement dans le Plan directeur sur le changement climatique, le chiffre proposé de 5 millions de dollars par an est tout à fait insuffisant. Pour mettre ce chiffre en perspective, la ville dépense 4,9 millions de dollars supplémentaires pour l'élargissement de deux routes - une décision contraire au climat qui mettra plus de voitures sur la route. Si l'on considère que le Plan directeur, qui prévoit des investissements en faveur de la résilience et de la réduction des émissions de carbone à zéro en 30 ans, se chiffrerait en milliards d'ici 2050 s'il était mis en œuvre correctement, un versement annuel de 5 millions de dollars est une goutte d'eau par rapport à ce qui doit être fait. La ville a déjà fait le travail de création d'un plan climatique solide - tout ce dont elle a besoin maintenant est l'investissement majeur qui le rendra efficace.

La ville a également proposé d'investir 1,7 million de dollars dans des programmes de plantation d'arbres afin d'améliorer le couvert forestier. Il semble s'agir d'un investissement bien intentionné dans l'une des méthodes les moins coûteuses et les plus faciles de créer des espaces verts, mais l'investissement pourrait une fois de plus être trop faible. Les arbres d'Ottawa ont subi d'importants bouleversements au cours des dernières années, entre la dévastation causée par l'envahissant agrile du frêne et les plus récents derecho et tornades qui ont détruit des milliers d'arbres dans la ville. Avec ces pertes encore fraîches et la menace de tempêtes destructrices toujours présente, un petit investissement dans la simple restauration du couvert forestier nous ramènera inévitablement à cette même position après la prochaine tempête extrême.

Les investissements positifs dans les autobus électriques et le transport en commun sans frais en 2023 sont également minés par une coupe budgétaire de 47 millions de dollars dans le transport en commun. Le système de transport en commun d'Ottawa souffre depuis longtemps d'un manque de flotte et de trajets trop longs qui créent des rythmes d'autobus profondément incohérents et imprévisibles, un problème qui n'a fait qu'empirer au cours des dernières années avec le manque de personnel et la débâcle continue de l'O-Train. À une époque où le service est déjà considérablement affaibli et où la ville prétend tendre vers des émissions zéro en moins de 30 ans, nous avons besoin de plus d'argent pour le transport en commun, pas moins. Alors que la ville investit dans les autobus électriques et les services gratuits, elle réduit simultanément les avantages du transport en commun en réduisant son budget et en investissant davantage dans des projets qui augmenteront la dépendance d'Ottawa à la voiture.

Bien que la présence du climat dans le budget soit une indication que notre gouvernement prend conscience de la crise climatique, le temps des demi-mesures est révolu - nous avons besoin immédiatement d'investissements substantiels, cohérents et intelligents dans la résilience climatique et la réduction des émissions. Avant le vote final du budget le 1er mars, pensez à attirer l'attention sur la nécessité pour notre ville d'investir de manière plus forte et plus intelligente dans le climat. Jetez un coup d'œil aux priorités et aux recommandations du Plan officiel populaire pour le budget 2023, ou consultez vous-même le projet de budget de la ville. Si vous êtes préoccupé par la faiblesse persistante du conseil municipal en matière de climat, faites-le leur savoir ! Utilisez les médias sociaux ou contactez votre conseiller pour lui dire que la crise climatique est là et qu'il est temps de prendre des mesures radicales.

 

Matthew Slevin est un étudiant en troisième année de journalisme à l'Université de Carleton.

Articles récents

Partager cette page

Passer à l'action

J'agis!
Nouveautés
Inscrivez-vous comme bénévole
Faire Un Don
Devenez un donateur mensuel

Restez connecté•e avec nous