L’importance de la biodiversité urbaine

Notre planète vit une crise de biodiversité indéniable, et Ottawa ne fait pas l’exception. Les espèces animales et végétales du monde entier disparaissent à un rythme 1 000 fois supérieur au rythme naturel.

Au Canada, plus de 700 espèces ont été classées comme étant en péril et environ 60 d'entre elles vivent à Ottawa. La plupart des espèces en péril se trouvent dans les régions les plus densément peuplées du pays, ce qui signifie que les villes ont un rôle essentiel à jouer dans la conservation de la biodiversité.

La biodiversité, c'est la nature. Des écosystèmes sains et diversifiés fournissent des services dont nous dépendons pour des communautés en santé et une économie forte. Il est clair que la conservation de la biodiversité est dans l'intérêt de tous.

Malheureusement, nous connaissons un taux de perte de biodiversité sans précédent en raison des menaces d'origine humaine, notamment la destruction des habitats, la surexploitation, les espèces envahissantes, la pollution et le changement climatique. Nous en voyons des exemples dans la ville d'Ottawa, alors que de nouveaux projets d'aménagement - surtout en périphérie urbaine d'Ottawa - éliminent ou dégradent les espaces verts au détriment des espèces et des écosystèmes vulnérables.

L'un des moyens les plus efficaces de soutenir la biodiversité urbaine consiste à mettre en œuvre des solutions fondées sur la nature, (article en anglais) comme les initiatives de réensauvagement.

 

Réensauvager Ottawa!

Tout d'abord, qu'est-ce que le réensauvagement (aussi appelé naturalisation) ?

Le réensauvagement est une méthode de conservation qui aide la nature à se développer. En particulier, dans les espaces urbains, le réensauvagement consiste à réimaginer notre relation avec la nature. Il s'agit de planter délibérément des espèces indigènes et de permettre à cette végétation de s'établir à travers la régénération naturelle.

Des villes partout au monde adoptent l'idée du réensauvagement. Si Ottawa veut vraiment se remettre de la pandémie causer par le Covid-19 de manière verte et juste, les initiatives de réensauvagement doivent être prioritaires. 

DES COURS RÉSIDENTIELLES PLUS NATURALISÉES

Il existe plusieurs règlements de la Ville d'Ottawa qui pourraient être considérablement améliorés non seulement pour permettre aux résidents d'avoir des jardins naturalisés, mais aussi pour encourager les plantations d’espèces indigènes qui soutiennent la biodiversité urbaine. Le Règlement sur les normes relatives aux propriétés (2013-416), le Règlement sur l'entretien des propriétés (2005-208) et le Règlement sur l'utilisation et l'entretien des routes (2003-498) doivent être amendés afin d'encourager les résidents à transformer leurs pelouses et leurs boulevards (c'est-à-dire la zone située entre la bordure de la rue et le trottoir qui est souvent couverte de gazon) en jardins écologiques qui fournissent un habitat aux pollinisateurs essentiels. 

Bien que ces règlements impliquent certainement des préoccupations légitimes en matière de santé et de sécurité (par exemple, la visibilité sur la route), la façon dont ils sont rédigés fait qu'un plus grand nombre de résidents s'en tiennent aux pelouses, même s'ils savent que les pelouses entretenues sont un désert pour les pollinisateurs (et la plupart des animaux sauvages). Les résidents hésitent souvent à tenter leur chance avec ces règlements par peur de devoir détruire leur jardin ou de recevoir une amende. Cette crainte et cette incertitude constituent un obstacle majeur pour les Ottaviens qui voudraient soutenir la biodiversité urbaine.

Le Règlement sur l'utilisation et l'entretien des routes doit être révisé en 2021 et le Règlement sur les normes relatives aux propriétés doit être révisé en 2022. Ces modifications sont déjà en retard - c'est le moment de s’assurer qu’elles se concrétisent ! D'autres villes ont commencé à apporter ces changements et Ottawa doit suivre leur exemple !

Cliquez ici pour signer la pétition

 

PLUS DE NATURALISATION DANS LES PARCS DE LA VILLE D'OTTAWA

L'élaboration en cours du Plan directeur des parcs et des installations récréatives est l'occasion idéale pour faire en sorte que des initiatives de réensauvagement sont une priorité dans les parcs d'Ottawa. Les objectifs actuels de la Ville en matière de naturalisation resteront inefficaces à moins que des fonds supplémentaires ne soient alloués pour les atteindre et les maintenir.

Il est essentiel que le personnel de la Ville reçoive les ressources nécessaires pour planter et entretenir ces espaces réensauvagés. Il s'agit notamment d'une signalisation adéquate et d'une formation sur la façon de gérer les espaces naturalisés (y compris la façon d'atténuer les problèmes de sécurité tels que les tiques et les panais sauvages). L'absence de signalisation a entraîné le fauchage accidentel de petits arbres et de plantes hautes dans des zones qui devaient être laissées à l'abandon. De plus, l'adoption de pratiques de naturalisation dans tous les parcs de la ville permettra de réduire les travaux et les coûts d'entretien à long terme.

PLUS DE PROTECTION DES ESPACES VERTS

Les espaces verts d'Ottawa (forêts, zones humides, parcs et champs) sont essentiels à la santé et au bonheur de ses résidents et des espèces sauvages qui y vivent.

De nombreux résidents d'Ottawa supposent que les espaces naturels sont protégés. Cependant, des aménagements mal planifiés et des mesures de protection inadéquates continuent de menacer nos espaces verts locaux.

Pour protéger les espaces verts vulnérables d'Ottawa, il faut exiger des modèles de développement plus durables dans toute la ville. Cela comprend :

  • Une incursion minime de nouveaux aménagements dans les zones vulnérables et le maintien d'espaces verts clairement définis.
  • De meilleures pratiques de conception et de planification communautaires (c.-à-d. plus denses, à usage mixte et propices à la marche).
  • Une meilleure protection des espèces en péril.
  • Une application plus stricte des outils visant à protéger les espaces verts locaux et les espèces qui en dépendent pour leur survie.

PLUS D'ÉDUCATION

Il est essentiel d'éduquer le public sur les avantages du réensauvagement des zones urbaines. On pense encore souvent à tort que les initiatives de réensauvagement signifient qu'aucun entretien ne sera effectué dans ces zones et qu'elles deviendront dangereuses.

Au contraire, l'entretien doit être effectué d'une manière qui agrémente le type de zone naturalisée. Par exemple, les zones destinées à accueillir des arbres doivent tout de même faire l'objet de contrôles ponctuels et être traitées régulièrement contre les espèces envahissantes. Il est tout à fait possible d'avoir des zones naturalisées qui fournissent un habitat essentiel aux pollinisateurs et à d'autres espèces sauvages, tout en étant sécuritaires et belles pour les résidents et les touristes.

 

Rejoingnez-nous
J'agis!
Nouveautés
Faire un don

Connectez-vous avec nous