Le climat d'Ottawa est en train de changer. Petit à petit, le temps devient plus humide, plus chaud et plus violent. Notre ville est sujette à des événements météorologiques intenses plus fréquents, comme des inondations, des vagues de chaleur, des orages violents, des tempêtes de verglas et des tempêtes de neige.

Au printemps dernier, des centaines de propriétaires ont temporairement abandonné leur maison à la montée des eaux, des routes ont été érodées et fermées, et les Forces canadiennes ont été envoyées pour participer aux efforts d'urgence. La ville a du mal à suivre le rythme de la réparation des infrastructures - suite aux violentes tempêtes, aux cycles de gel et de dégel et aux précipitations record.

Il est clair que le climat d'Ottawa change, mais que pouvons-nous faire à ce sujet ?

Dans la nature, la majeure partie de la pluie qui tombe est interceptée par des êtres vivants tels que les arbres et les autres types de végétation, mais lorsqu'une zone forestière est transformée en ville, tout change, et la façon dont nous construisons notre environnement devrait également changer.

Ottawa doit s'adapter et donner la priorité aux solutions qui intègrent des systèmes vivants et artificiels conçus pour ralentir, absorber et filtrer l'eau de pluie.

En ralentissant et en absorbant l'eau de pluie, on l'empêche de s'accumuler, d'inonder nos maisons et d'endommager nos ruisseaux, nos cours d'eau et nos infrastructures construites. Le fait de filtrer l'eau de pluie avant qu'elle ne pénètre dans nos cours d'eaux navigables permet d'éliminer de nombreux produits chimiques et toxines nocifs de nos routes, trottoirs et allées. En fait, nous avons besoin que nos paysages soient plus absorbants et perméables, afin que l'eau de pluie soit filtrée par le paysage plutôt que de s'écouler des surfaces dures, comme les routes pavées, vers les égouts pluviaux.

Les paysages absorbants, comme les parcs, peuvent réduire jusqu'à 10 fois le ruissellement par rapport aux surfaces imperméables comme les routes ou les stationnements.

Ce type de paysage s'appelle l'infrastructure verte, et Ottawa en a besoin, maintenant plus que jamais!

Il existe de nombreuses formes d'infrastructures vertes, des parcs aux arbres de rue, en passant par les chaussées perméables, les toits végétalisés, les rigoles de drainage, les jardins de pluie et les bassins d'eaux pluviales. L'infrastructure verte, également appelée aménagement à faible impact, peut inclure des systèmes vivants (par exemple des arbres, toits végétalisés, rigoles de drainage, jardins de pluie) ainsi que des technologies vertes (par exemple des revêtements poreux, des bacs de récupération des eaux de pluie et des citernes). L'infrastructure verte traite les eaux pluviales à la source en les filtrant dans la nappe phréatique naturelle plutôt qu'en les acheminant vers notre station d'épuration des eaux usées. Mais ce n'est pas parce que c'est "vert" que c'est une infrastructure écologique. Par exemple, le sol des parcs peut être fortement comprimé par l'usage, ce qui réduit la quantité d'eau qui peut filtrer à travers le sol. Un autre exemple est celui des arbres de rue qui ne disposent que d'un petit volume de sol sous le trottoir pour pousser. Non seulement ils ne grandiront pas beaucoup, mais leur capacité à ralentir, à absorber et à filtrer les eaux pluviales devient insignifiante.

Ne vous inquiétez pas ! Nous avons des solutions et une voie claire à suivre.

La Ville d'Ottawa a mis en place plusieurs plans, mais l'un d'eux, en particulier, appelé le Plan directeur des espaces verts souligne très clairement l'importance des espaces verts ainsi que l'intégration et la mise en œuvre d'infrastructures vertes à l'échelle municipale. La Ville d'Ottawa mentionne même comment les " rues vertes " pourraient être un moyen de relier des espaces verts dédiés - comme nos parcs et notre réseau de jardins publics - et de filtrer la pluie là où elle tombe, plutôt que de la diriger vers notre système de traitement des eaux usées déjà surchargé. Dans son Plan d'action de la rivière des outaouais, qui a coûté plusieurs millions de dollars, la ville d'Ottawa a également commencé à considérer les infrastructures vertes comme un moyen d'accroître la perméabilité urbaine par le biais du réaménagement des rues et de projets pilotes au niveau des quartiers.

Cela semble bien, alors quel est le problème ?

La Ville d'Ottawa dispose de tous les outils et de toutes les connaissances nécessaires pour déployer des infrastructures vertes à grande échelle. Elle sait que cette infrastructure est d'une importance fondamentale pour l'avenir de notre ville, et elle se familiarise avec des projets pilotes locaux comme le projet de modération de la circulation de la rue Sunnyside, le projet de bio rétention de la rue Stewart et le plus récent (et toujours en cours) le projet de pluie du quartier Pinecrest. Le problème est que la vitesse à laquelle le changement climatique frappe notre ville signifie que nous devons faire plus que nous mouiller les orteils, nous devons nous lancer à l'eau !

Nous devons aller au-delà des projets pilotes locaux et intégrer l'infrastructure verte à l'échelle de la ville. La science des infrastructures vertes existe déjà. De nombreuses municipalités au Canada intègrent directement l'infrastructure verte dans leurs plans de résistance aux changements climatiques. Par exemple, le nouveau plan de gestion des précipitations de Vancouver soutient que si les infrastructures grises et vertes fonctionnent ensemble, la capacité de résistance des eaux pluviales sera plus efficace.

Rejoingnez-nous
J'agis!
Nouveautés
Faire un don

Connectez-vous avec nous