Pollution par les plastiques à Ottawa : Les leçons de la conférence du PNUE

For English, click here

Les gouvernements municipaux, qui par leur responsabilité en matière de gestion des déchets et leurs liens étroits avec la population et les entreprises locales, sont en position de force pour mettre en œuvre un véritable changement dans la réduction des déchets plastiques. 

Tel était le message d'un séminaire intitulé "Libérer le pouvoir local : Des solutions municipales dynamiques pour prévenir les déchets plastiques", qui s'est tenu le 24 avril au Centre national des arts. 

Faisant partie d'une série d'événements organisés par Environnement et des changements climatiques Canada (ECCC), ce congrès avait pour but de fournir un forum aux partenaires, aux intervenants et au public afin de diffuser et de discuter de la recherche et des solutions relatives à la pollution plastique. Cet événement s'est déroulé parallèlement à la quatrième session du Comité intergouvernemental de négociation des Nations unies (CIN-4) pour un traité mondial sur les plastiques, qui s'est tenue à Ottawa du 23 au 29 avril.

Des représentants municipaux de diverses villes et cantons du Canada se sont exprimés sur les différentes initiatives, les défis et les succès qu'ils ont rencontrés dans la réduction de l'utilisation des plastiques à usage unique dans leurs municipalités respectives. Bien que les détails varient en fonction des contraintes locales et du financement, les mesures prises s'articulent principalement autour de quatre stratégies :

  1. Effectuer des vérifications pour établir la composition actuelle des déchets plastiques : par exemple, la Ville de Toronto effectue des vérifications annuelles dans les parcs locaux - en comptant la quantité et le type de détritus et de déchets.
  2. Campagne de sensibilisation et d'éducation, axée à la fois sur les particuliers et les entreprises : par exemple, la campagne Superhabitudes dans la région métropolitaine de Vancouver s'est concentrée sur un message simple : inciter les gens à utiliser des articles réutilisables (sacs à provisions, tasses à café, récipients alimentaires).
  3. Appuyer les programmes volontaires : par exemple, le programme Banff Borrows, qui permet aux utilisateurs d'emprunter gratuitement un gobelet réutilisable dans les établissements participants pour une durée maximale de 30 jours. 
  4. Appliquer des mesures obligatoires : par exemple, le règlement sur les plastiques de Toronto exige que les entreprises se conforment aux mesures suivantes :
    1. Demander d'abord/ sur demande uniquement pour les articles en plastique 
    2. Accepter l'utilisation d'articles réutilisables
    3. Compatibilité des sacs à provisions en papier avec le programme de réacheminement des déchets de la Ville. 

Comment se situe Ottawa par rapport aux autres villes ?

En juin 2021, la Ville d'Ottawa s'est engagée à adopter une vision zéro déchet dans le cadre de la phase 2 du Plan directeur des déchets solides (PDDS) (qui sera soumis à l'approbation du conseil municipal en juin prochain ; voir les recommandations d'Écologie Ottawa). Un document sur les plastiques et leur gestion présente des idées possibles qui seront intégrées au plan directeur des déchets solides, notamment

  • des interdictions et des frais pour réduire la quantité de plastiques à usage unique utilisés dans les installations gouvernementales et les entreprises ; 
  • des stratégies d'achat visant à augmenter le contenu recyclé des produits et des emballages ; et 
  • des programmes d'éducation et de promotion pour encourager les achats responsables et augmenter les taux de recyclage de ces produits.

À l'automne 2022, la Ville a adopté une motion visant à "examiner toutes les voies relevant de la compétence municipale pour éliminer les déchets plastiques dans les installations de la ville, à cesser immédiatement l'achat de plastiques à usage unique tels que les pailles et les bâtonnets mélangeurs dans la mesure du possible, et à s'efforcer de réduire l'impact des déchets plastiques sur l'environnement naturel en encourageant les moyens de prévenir leur utilisation et d'atténuer les effets secondaires dus à la pollution de l'environnement naturel." Aucune mise à jour n'a été fournie depuis, mais la motion indiquait que le personnel ferait un rapport sur ses efforts d'ici le premier trimestre 2025 à la commission permanente appropriée.

Image : Une sculpture intitulée "Giant Plastic Tap" de l'artiste canadien Benjamin Von Wong exposée à l'extérieur de la conférence (Source : Canadian Press via CBC).

Ottawa a également accepté récemment de participer en tant que ville inaugurale à un programme pilote national de réutilisation, en partenariat avec le Circular Economic Council. Cette initiative permettra aux consommateurs d'acheter certains produits chez les détaillants en alimentation participants (Metro, Sobeys, Walmart) dans des contenants réutilisables sans frais et sans consigne. Le consommateur ne sera facturé pour le contenant que s'il n'est pas retourné dans un délai précis et des bacs de retour seront mis à sa disposition dans des lieux de dépôt pratiques.  

Finalement, il n'est pas nécessaire de révolutionner les choses pour réduire la consommation de plastique et les déchets de la Ville. D'autres municipalités au Canada ont déjà ouvert la voie ; tout ce qu'Ottawa doit faire, c'est retrousser ses manches et débuter la marche.


Mel Dodd-Moher est bénévole à la Surveillance du Conseil d'Écologie Ottawa.

Articles récents

Partager cette page

Passer à l'action

Nouveautés
J'agis!
Inscrivez-vous comme bénévole
Faire Un Don
Devenez un donateur mensuel

Restez connecté•e avec nous