Le Conseil affaibli l'approche de la Ville sur les changements climatiques

For this article in English, click here.

Nous sommes très préoccupés par la tentative récente d'un conseiller municipal d'affaiblir les efforts de la Ville d'Ottawa en matière de lutte contre les changements climatiques. Lisez ce qui suit pour apprendre ce qui s'est passé, comprendre pourquoi c'est problématique et prendre des mesures pour aider à renforcer l'approche climatique à Ottawa.

 

Ce qui s'est passé

Lors de la réunion du 21 novembre 2023 du Comité de l'environnement et des changements climatiques (CECC) du Conseil municipal, le conseiller David Hill (quartier 3 Barrhaven Ouest) a présenté une motion visant à modifier la mise en œuvre du Plan directeur sur les changements climatiques (PDCC) de la Ville. (Regardez Hill lire la motion ici et le CCEC en discuter - avec le budget - ici).

La motion faisait appel à la Ville pour prioriser le financement des parties du PDCC liées aux actifs et aux conducteurs de la Ville ("la corporation"). Cela s'oppose aux émissions de la "communauté" et à tout le reste. La motion demande également au personnel de la Ville de créer un "cadre de priorisation" pour le déboursement de fonds pour le changement climatique, en spécifiant cinq critères.

Vous pouvez lire ici une comparaison de la motion sous ses deux formes.

Le conseiller Hill a justifié cette motion par le fait que les fonds de la Ville sont limités et que la résilience face aux changements climatiques est une priorité dans son quartier. Il a également fait valoir que la Ville devrait se concentrer sur les actions relevant de son pouvoir et qu'elle a été trop ambitieuse. Nous reviendrons plus loin sur son argumentation.

Lorsque le conseiller Hill a présenté la motion au CCEC, le personnel ne l'a pas soutenue et la motion a été rejetée à égalité (voir le vote ici). Il a ensuite promis de travailler avec le personnel et de reformuler la motion lorsqu'elle serait présentée au Conseil.

Photo of Walkley Road flooded with cars trapped in the waters. (Credit: CBC)

 

Mais lorsque la motion a été présentée au Conseil le 6 décembre (voir l'enregistrement ici), la formulation avait peu changé. Étrangement, le personnel de la Ville s'est dit partisan de la motion, et le Conseil municipal l'a même adoptée, les membres de l'ECCC qui s'y opposaient à l'origine votant désormais en sa faveur. Nous essayons toujours de comprendre ce qui se passe.

Image : Inondation sur le chemin Walkley en août 2023. (Source : CBC)

 

 

Les problèmes

Cette motion pose plusieurs problèmes. Tout d'abord, c'est une erreur de modifier le PDCC. Le PDCC a été élaboré à la suite de recherches et de consultations approfondies avec le public et des groupes environnementaux comme Écologie Ottawa. De plus, le PDCC est plus qu'à mi-chemin de sa mise en œuvre : son horizon est de 2020 à 2025. Le conseiller Hill aurait dû retirer complètement la motion après que le personnel s'y soit opposé et qu'elle ait été rejetée par le vote du CCEC.

Deuxièmement, limiter l'approche de la Ville en matière d'action climatique à ses propres opérations est une mauvaise politique. Certes, il s'agit d'une partie de la solution - par exemple, inciter les employés à utiliser des moyens de transport durables, rendre les bâtiments plus efficaces, convertir les autobus à l'électricité, etc. Mais les activités de la Ville ne représentent que 4 % des émissions de gaz à effet de serre de notre ville. De plus, la Ville a une influence considérable sur les émissions de la collectivité, par exemple :

  • Aménagement du territoire : construire la ville de manière à ce que les gens n'aient pas besoin de conduire.
  • Normes de développement : exiger que les nouveaux bâtiments utilisent l'énergie de manière efficace
  • La planification des transports : rendre les déplacements à pied et à vélo plus sécuritaires dans la ville, proposer des transports en commun fiables, ne pas élargir les routes.

Une approche de la lutte contre le changement climatique qui ignore ces aspects méconnaît fondamentalement le rôle des municipalités dans l'action climatique.

Troisièmement, il est régressif de reprocher au PDCC d'être trop ambitieux. Le changement climatique est probablement le plus grand défi auquel l'humanité ait jamais été confrontée ; aucune action climatique significative n'est inutile. Le Conseil municipal a lui-même déclaré une urgence climatique en 2019, et les urgences exigent des mesures décisives et ambitieuses.

Enfin, certains aspects du processus de cette motion sont discutables.

Tout d'abord, le conseiller Hill l'a présentée à l'ECCC sans donner d'avis. Les conseillers n'ont donc pas pu l'examiner avant de la voter. De plus, le public n'a pas pu s'adresser aux conseillers à ce sujet, car il faut s'inscrire à l'avance pour le faire. Il s'agit là d'une pratique antidémocratique et malhonnête.

En outre, la motion n'avait peut-être pas sa place dans une discussion sur le budget ; comme l'a souligné le conseiller Bradley, cette motion porte sur la politique et non sur le financement. Pourquoi a-t-elle été examinée lors d'une discussion sur le budget déjà bien chargée ?

Enfin, comment la motion a-t-elle pu passer d'un échec à ECCC et d'un refus du personnel de la soutenir à un vote unanime du Conseil avec le soutien du personnel, bien qu'elle n'ait pas changé de manière substantielle entre-temps ? Et le personnel la soutient-il réellement ? Il y a eu un échange particulièrement gênant lorsque le conseiller Johnson a (à juste titre) interrogé le personnel de la Ville à ce sujet. Plusieurs aspects révélateurs de la motion et de l'attitude du personnel et du conseil à son égard ont été soulevés au cours de cette discussion ; nous avons inclus quelques questions clés des conseillers et les réponses du personnel ci-dessous.

Image : Dommages causés par le derecho à Merivale en mai 2022. (Source : Ottawa Citizen)

 

Ce que vous pouvez faire

Comment pouvez-vous aider la Ville à agir pour le climat ? Voici quelques pistes :

Nous continuerons à suivre cette motion. La prochaine étape consistera pour le personnel à présenter le cadre de priorisation à l'ECCC, ce que la motion demande pour le troisième trimestre de cette année. Par ailleurs, il est important de garder à l'esprit quelques événements à venir en rapport avec le climat :

  1. La mise à jour annuelle du personnel de la Ville sur la mise en œuvre du PDCC (l'année dernière, c'était en avril).
  2. Inventaires de GES pour 2021 et 2022 (1er trimestre 2024)
  3. Un examen par un tiers des méthodologies et des sources de données de l'inventaire des GES de la Ville (T1 de 2024).

Questions et réponses des conseillers et du personnel

Voici les principales questions que les conseillers ont posées au personnel de la Ville lors de la réunion du Conseil municipal du 6 février, ainsi que les réponses du personnel. Nous avons résumé les questions et les réponses, mais vous pouvez consulter les enregistrements en lien pour le verbatim.

Avez-vous l'impression que le financement du PDCC a été "trop dispersé" ?

Le personnel : Nous ne dirions pas cela. Nous avons beaucoup de projets avec un financement limité. (Enregistrement)

 

La motion accélère-t-elle le travail que le personnel était déjà prêt à entreprendre ?

Le personnel : Nous ne pensons pas que cela ait été documenté jusqu'à présent. (Note de la rédaction : le personnel semble avoir des difficultés avec cette question). (Enregistrement)

 

Cette motion réoriente-t-elle ce qui devrait être fait d'un point de vue politique ?

Le personnel : Non. Nous avons clarifié ce point avec l'auteur de la motion. Certains des projets proposés ont de la valeur. (Enregistrement)

 

Est-ce que cela entrave votre travail opérationnel ? Réduisons-nous toujours les émissions de gaz à effet de serre de la communauté ? L'adoption de cette motion signifie-t-elle que l'on laisse de côté des fonds fédéraux ou provinciaux ?

Le personnel : Cette motion n'empêche pas d'obtenir du financement d'autres ordres de gouvernement ou de programmes existants pour réduire les émissions de GES de la collectivité. (Enregistrement)

 

Cette motion entrave-t-elle les dépenses liées à l'une ou l'autre des priorités du PDCC ?

Le personnel : C'est exact. (Enregistrement)

 

Le personnel est-il satisfait de la formulation de la motion ?

Le personnel : Oui. (Enregistrement)

 

Cette motion aura-t-elle des répercussions sur les échéances de la stratégie de résilience face aux changements climatiques ?

Le personnel : Nous nous attendons à une discussion approfondie lorsque le cadre de priorisation sera présenté au Conseil. (Enregistrement)

 

Cette motion est-elle appropriée pour une discussion sur le budget ?

Le personnel : Parce qu'elle a été soumise au CECC, elle est appropriée, mais elle ne modifie aucune estimation budgétaire. (Enregistrement)

Articles récents

Partager cette page

Passer à l'action

J'agis!
Nouveautés
Inscrivez-vous comme bénévole
Faire Un Don
Devenez un donateur mensuel

Restez connecté•e avec nous