Comment créer un jardin sauvage à l'école de votre enfant

For English, click here.

Les jardins sauvages sont un excellent moyen pour les enfants, les éducateurs et la communauté locale de se rapprocher de la nature, d'accroître la biodiversité et d'embellir les cours d'école. Ils peuvent également fournir des services écosystémiques susceptibles d'améliorer le fonctionnement des cours d'école, tant pour les gardiens que pour les enfants. Un jardin sauvage peut être un jardin de plantes indigènes, un jardin pollinisateur ou un jardin papillon. Ce qu'ils ont tous en commun, c'est l'objectif d'attirer les animaux sauvages dans les cours d'école pour que les enfants puissent apprendre et s'amuser. 

Nous, Eugenie Waters et Christina Keys, avons une expérience récente de toutes les étapes de la création de jardins de plantes indigènes dans les écoles. Nous avons participé à la conception, à la planification, au financement, à la plantation, à l'engagement des élèves et des enseignants, ainsi qu'à l'entretien des jardins de plantes indigènes dans deux écoles élémentaires d'Ottawa. Chaque école a ses propres défis et opportunités, mais nous espérons que notre expérience dans l'établissement de jardins scolaires vous inspirera et vous rassurera - c'est possible !

 

Les premières étapes de la création d'un jardin - réunir l'équipe et délimiter la cour de récréation

Trouvez un enseignant intéressé, un membre du personnel de l'école, un autre parent ou un membre de la communauté pour entreprendre ce voyage ensemble. Nous nous sommes trouvés grâce au groupe Facebook de la Grainothèque de fleurs sauvages d'Ottawa. Plus on est de fous, plus on rit, mais même une ou deux personnes qui prennent les devants peuvent accomplir beaucoup ! Passez un peu de temps dans la cour de l'école pour vous faire une idée des emplacements possibles pour un jardin de plantes indigènes. Voici quelques points importants à prendre en compte : 

  • Les conditions de lumière: Le jardin potentiel bénéficie-t-il d'un ensoleillement total ou partiel, ou d'une ombre totale ou partielle ? 
  • L'état du sol : Le sol est-il sec, humide ou compact ? 
  • Les enfants : Le jardin se trouve-t-il dans une aire de jeu ? Existe-t-il des espaces disponibles sur le terrain de l'école qui ne sont pas fréquemment utilisés par les enfants ? 

Il peut être très utile d'observer comment la cour de l'école est utilisée pendant les récréations et les heures de cours, ainsi qu'après l'école. Certaines écoles disposent déjà de parterres de jardin qui n'ont pas été entretenus ou qui sont envahis de mauvaises herbes ou d'espèces invasives, et qui attendent d'être remis en état. La situation de chaque école est unique, mais toutes les écoles disposent d'un espace pour un jardin de plantes indigènes d'une certaine taille (voir la photo de la "bande pollinisatrice" ci-dessous) !

 

Établir une relation avec l'école

Une fois que vous avez quelques personnes intéressées et quelques idées, approchez les décideurs de l'école, en commençant par des conversations informelles. Peut-être qu'un enseignant réfléchit déjà à la manière d'utiliser des jardinières abandonnées depuis longtemps dans l'école, ou que l'école s'est inscrite au programme de plantes indigènes gratuites pour les écoles, Espaces de vie, de la Fédération canadienne de la faune. Vérifiez si l'école dispose d'un comité de la cour d'école. Les conseils de parents ou d'école sont un excellent moyen de s'adresser à la communauté scolaire pour ce type de projet, tout comme le directeur et le concierge principal. Certaines écoles disposent déjà d'un club d'élèves ou d'un comité de l'environnement composé de membres du personnel qui s'intéressent à l'environnement. Il existe généralement des personnes appuyantes qui n'attendent que l'initiative de quelqu'un.

Lors de vos conversations préliminaires, mettez l'accent sur les avantages des jardins sauvages et de plantes indigènes pour les élèves et sur la manière dont ils sont liés à leur apprentissage. Insistez sur les possibilités d'apprentissage pour les enfants à tous les niveaux scolaires ainsi que sur les bienfaits de la végétalisation des cours d'école pour la santé mentale. Toutefois, assurez-vous d'être prêt à répondre aux questions concernant les risques de piqûres d'insectes pour les enfants, les plans d'entretien, les coûts et la responsabilité bureaucratique. D'après notre expérience, les inquiétudes concernant les piqûres d'insectes sont facilement surmontées par l'éducation (la plupart des abeilles indigènes sont solitaires et ne mordent pas à moins d'être provoquées), le choix du langage (un jardin de plantes indigènes ou un jardin de papillons est moins susceptible de mettre les gens en état d'alerte qu’un jardin pollinisateur, qui fait penser aux abeilles en particulier), et une communication ouverte.

 

Il est temps de trouver des financements (et des ressources gratuites !)

Dans la ville d'Ottawa, le Programme de subventions aux projets communautaires liés à l'environnement (PSPCE) constitue une excellente source de financement. La date limite d’application est fixée à la fin du mois de mars de chaque année, et ce programme finance régulièrement de nombreux jardins de plantes indigènes dans les espaces publics, y compris dans les cours d'école. Veillez à lire toutes les exigences avant d'envisager de soumettre une demande, y compris les besoins en matière d'assurance, les autorisations des propriétaires fonciers et les délais requis. En général, le directeur de l'école peut rédiger une lettre accordant l'autorisation du propriétaire foncier au nom du Conseil d'administration pour toute demande, et l'assurance du Conseil d'administration peut couvrir les exigences de la subvention. Veillez à vérifier les modalités de réception et de gestion des fonds, y compris le suivi des reçus et des remboursements. Les écoles publiques bénéficient d'un remboursement partiel de la TVH sur les achats. Vous pourriez donc être en mesure d'étendre un peu plus votre financement s'il est administré par l'école.

Souvent, vous pouvez compléter votre subvention par des dons en nature, et certaines subventions l'exigent. En général, ces dons sont simplement des heures de bénévolat. Pensez également à demander aux détaillants locaux de faire des dons, comme du bois, de la terre, des plantes et des outils de jardinage. Il est utile de disposer d'une lettre rédigée et signée par le directeur de l'école décrivant le projet et ses besoins pour s'adresser au gérant d'un centre de jardinage ou d'une quincaillerie afin de solliciter des dons. La société mère d'Ontario Native Plants, Verbinnen's Nursery, offre ses plantes à des prix de gros aux organisations à but non lucratif telles que les écoles et les associations communautaires. Parmi les autres sources locales de plantes indigènes, citons Ferguson Tree Nursery, la section indigène de Ritchie's Feed and Seed (emplacement Windmill Ln), Beaux Arbres et les jeunes plants de A Cultivated Art.

 

Le choix des plantes, et comment s'assurer qu'elles survivent !

Le choix des plantes est essentiel pour veiller à la prospérité de votre jardin. Ceci est particulièrement important dans les environnements de culture difficiles que l'on trouve dans les jardins des cours d'école. Le sol y est souvent sec et compact, et le ruissellement de sel y est important en hiver. Les plantes peuvent également être piétinées par les enfants, ce qui constitue un risque chaque printemps et pendant la phase d'établissement des plantes. Le concept de "bonne plante, bon endroit" est utile pour guider le choix des plantes ; choisissez uniquement des plantes qui poussent naturellement dans les conditions existantes au lieu d'essayer de changer ces conditions. Cela signifie que vous devez faire des recherches sur chacune des plantes que vous sélectionnez. Tolère-t-elle la sécheresse ? Tolère-t-elle le sel ? Aime-t-elle le plein soleil ou une partie de l'ombre ? Comment sa hauteur se compare-t-elle à celle des autres plantes qui l'entourent ?

Les plantes doivent également être choisies en fonction de leur "sociabilité", c'est-à-dire de la manière dont elles interagissent avec les autres plantes. La verge d'or du Canada (Solidago canadensis), par exemple, est une brute ! Elle poussera très haut et s'étendra lentement grâce à ses rhizomes pour envahir tout le parterre du jardin. En revanche, la verge d'or précoce (Solidago juncea) est une verge d'or plus courte et moins agressive, qui s'entend bien avec les autres. Il est particulièrement important de prêter attention à la sociabilité pour minimiser l'entretien et veiller à la survie de la plante. Les livres A Garden for the Rusty Patched Bumblebee : Creating Habitat for Native Pollinisators et Prairie Up : An Introduction to Natural Garden Design.

Un autre aspect essentiel pour la survie des plantes est la planification de chemins ou de clôtures. Au début de l'installation des plantes vivaces, il est important de les protéger d'un piétinement excessif. Dans certains cas, il peut s'agir d'une clôture bricolée avec des poteaux en bois et de la ficelle ou de la création d'un chemin avec des pierres plates ou quelques pavés pour diriger les élèves. Dans les cours d'école plus compactes ou destinées à des enfants plus jeunes, une clôture plus robuste en plastique souple peut s'avérer nécessaire pour la première ou les deux premières années, mais essayez de la garder courte afin de maximiser l'interaction des élèves avec le jardin.

 

Utiliser le jardin comme ressource éducative

L'une des clés de la réussite d'un jardin scolaire est la planification de la participation des élèves et des enseignants à chaque étape. Il est important de communiquer régulièrement et de solliciter des bénévoles. Lors de la phase de planification, veillez à ce que les enseignants aient leur mot à dire sur ce qui permettrait de maximiser le rôle du jardin dans leur programme d'études. Il peut être utile de prévoir dès le départ un budget pour la mise en place d'un grand nombre de panneaux éducatifs si vous espérez que les enseignants auront leur mot à dire sur le contenu du jardin. Les activités auxquelles les enfants peuvent plus facilement participer comprennent le semis de graines en hiver dans des pots (les plus grosses graines comme l'asclépiade et la coneflower pourpre pâle conviennent mieux), la plantation de plantes, l'arrosage et la création de jolies pancartes. Il est important de prévoir un budget pour les fournitures nécessaires à ces activités. Votre proposition de budget peut inclure

  • Pots et terreau pour les semis d'hiver des élèves
  • Une douzaine d'arrosoirs
  • Une douzaine de truelles
  • Une plastifieuse, une agrafeuse robuste et un spray imperméabilisant pour la signalisation temporaire des élèves.

Un jardin scolaire réussi améliore la cour de l'école en fournissant des services écosystémiques tels que l'amélioration du ruissellement de l'eau, en l'embellissant et en créant un habitat pour les animaux sauvages locaux. Mais le jardin scolaire le plus réussi favorise l'établissement de liens profonds entre les élèves et le monde naturel. Les jardins scolaires axés sur les animaux sauvages suscitent la curiosité pour les petites abeilles vertes, les papillons rouges et noirs et les oiseaux qui mangent les graines. Ainsi, les jardins scolaires peuvent enrichir l'éducation des jeunes tout en enrichissant la vie de l'ensemble de la communauté, y compris la faune et la flore locales.

Eugenie Waters et Christina Keys ont dirigé la création de jardins de plantes indigènes dans les écoles de leurs enfants à Ottawa, l'École élémentaire publique Trille des Bois et la Manor Park Public School, respectivement. Elles collaborent également à divers projets communautaires de jardins de plantes indigènes dans le cadre de leur participation au comité de durabilité environnementale de l'association communautaire de Manor Park (MPCA).  

 

Des dizaines de plantes indigènes ont été plantées par les enfants du camp de jour d'été du conseil communautaire de Manor Park en août 2023 sur le terrain de l'école publique de Manor Park. Dans une jardinière existante, nous avons créé dix sections en agrafant de la ficelle à travers la jardinière, puis nous avons agrafé des photos plastifiées à l'avant de chaque section. De cette façon, les campeurs savaient où planter chaque graine et pouvaient observer au fil du temps l'aspect de chaque type au fur et à mesure qu'il poussait et fleurissait. (Photo : Christina Keys)

 

Dans le cadre de la subvention PSPCE accordée à Trille des Bois par la Ville d'Ottawa, les parents bénévoles du comité de la cour d'école du Conseil municipal et les élèves ont transformé cette zone qui souffrait d'un ruissellement excessif de l'eau de pluie et de l'érosion du sol (à droite) en un jardin de pluie florissant (à droite). Dans l'ensemble, le projet a permis d'ajouter 90 arbustes indigènes (8 espèces) et plus de 250 plantes indigènes (plus de 25 espèces) à plusieurs endroits de la cour d'école, notamment en créant de nouvelles zones de plantation et en revitalisant les plates-bandes existantes (Photo : Eugenie Waters).

 

Même de petites jardinières comme celle-ci, située au Manor Park Community Council au 100 Thornwood Rd, peuvent apporter d'énormes avantages en termes d'apprentissage pour les élèves et les enseignants. Selon la Fédération canadienne de la faune, "il est prouvé que l'enseignement en plein air peut rendre les éducateurs plus heureux, en meilleure santé, moins susceptibles de souffrir d'épuisement professionnel et peut également contribuer à renforcer le lien entre les enseignants et les élèves". Le temps passé à l'extérieur peut accroître la capacité de concentration des élèves, les aider à surmonter les symptômes de difficultés d'apprentissage et même améliorer leurs résultats aux examens. En outre, les enfants qui vivent des expériences positives en plein air avec un adulte de confiance sont plus susceptibles de développer une solide éthique de la conservation." (Photo : Christina Keys)

 

Le jardin de démonstration de plantes indigènes de Manor Park a été créé par le comité de durabilité environnementale de l'association communautaire de Manor Park. Il est situé sur un terrain utilisé à la fois par le conseil communautaire de Manor Park et par l'école publique de Manor Park. Le directeur de l'école a été en mesure de fournir la permission du propriétaire foncier pour le financement du PSPCE de la Ville d'Ottawa, et l'Association communautaire Manor Park a fourni une couverture d'assurance. Des panneaux et des clôtures temporaires ont protégé le jeune jardin au début du printemps 2023. (Photo : Christina Keys)

 

À l'automne 2023, une pancarte permanente avait été mise en place et la clôture n'était plus nécessaire au jardin de démonstration de plantes indigènes du parc Manor. (Photo : Christina Keys)

 

Cette étroite "bande pollinisatrice" ne mesure que 12 pouces de large et longe le mur sud du bâtiment scolaire de Trille des Bois. L'école est située dans une zone urbaine et dispose d'une cour relativement petite, compte tenu du nombre important d'élèves. Lors de l'ajout de plantes et d'arbustes, nous avons veillé à ne pas priver les enfants d'un espace de jeu précieux.

 

Possibilités de financement

 

Plantes idéales pour les sols secs et salés en plein soleil 

Consultez le site In Our Nature pour obtenir d'autres listes de plantes adaptées à différentes conditions.

 

Ressources pédagogiques

Articles récents

Partager cette page

Passer à l'action

J'agis!
Nouveautés
Inscrivez-vous comme bénévole
Faire Un Don
Devenez un donateur mensuel

Restez connecté•e avec nous