Lettre ouverte relative aux modications de zonage pour le 1015 Tweddle

Au : Le Conseil sortant de la Ville d'Ottawa

Cc : Les membres du Conseil nouvellement élus

Friends of Petrie Island

Chers membres du Conseil,

Le 9 novembre, on vous demandera d'approuver une recommandation du Comité de planification visant à adopter des modifications au zonage du 1015 Tweddle. Ces modifications permettront de construire quatre très grandes tours sur une étroite bande de terrain située entre Jeanne d'Arc et la rivière des Outaouais, à moins de 30 mètres de la zone humide d'importance provinciale de l'île Petrie. Nous vous demandons fortement de rejeter cette recommandation du Comité, sur la base d'une consultation insuffisante de la communauté, ce qui pourrait éroder la confiance dans le gouvernement local, ainsi qu'un risque d'inondation important et une résilience affaiblie pour les citoyens et les communautés d'Ottawa.

Consultation insuffisante de la communauté

La communication de cette proposition n'a été faite que neuf jours avant la réunion du Comité d'urbanisme, et a surpris la communauté. Une proposition similaire, portant alors sur deux tours, a été présentée il y a deux ans et a suscité d'importantes réactions négatives. Elle avait alors été refusée.

Trois intervenants, dont la Greenspace Alliance et les CAFES, ont présenté des observations et fortement déconseillé l'adoption de ce changement de zonage, malgré le peu de temps dont ils disposaient et le fait que de nombreux conseillers étaient encore en mode électoral et ne pouvaient pas être facilement contactés.

Les agents du demandeur ont admis que le travail effectué sur la proposition au cours des deux dernières années n'avait pas été communiqué correctement à la communauté et n'avait pas fait l'objet de consultations supplémentaires.  Ils ont également admis que d'importantes analyses techniques étaient encore incomplètes, mais qu'elles seraient traitées lors de l'examen du plan d'implantation. 

Le Comité a appris que l'Office de protection de la nature de la vallée de la Rideau (OPNVR) avait autorisé le remplissage de la rive en 2004 et, plus récemment, la réduction de la marge de recul par rapport à la zone humide de 120 à 30 mètres. Cependant, la justification et la documentation de ces deux décisions n'ont pas été fournies et demeurent inexpliquées.

Risque d'inondation et affaiblissement de la résilience des citoyens et des communautés

La question est de savoir si l'aménagement proposé se trouve dans la bande d'inondation de 1:100 ans de la rivière des Outaouais. Selon le rapport du personnel, le site en question est actuellement zoné avec une bande d'inondation. Le rapport indique également que le niveau de stationnement inférieur de l'aménagement proposé se trouve dans la zone inondable à récurrence de 1:100 ans.

Ce commentaire de Sentinelle Outaouais est également inclus dans le rapport :

"Il convient de noter qu'une partie importante de cette propriété se trouve dans la bande inondable, ce qui soulève un certain nombre de préoccupations quant à la façon dont un développement sur cette propriété serait à la fois affecté lors des inondations et aurait un impact sur la résilience de la zone pendant les périodes des hautes eaux."

La présentation des CAFES au comité comprenait des photographies et des captures d'écran qui montraient que la zone était complètement inondée en 2017 et également en 2019. Ainsi, bien que le promoteur affirme qu'il n'y a pas de risque d'inondation dans la zone, et que le développement peut se faire sur la base qu'il n'est pas techniquement dans la bande d'inondation de 1:100 ans, il est extrêmement risqué de procéder alors que nous avons des preuves claires d'inondation en 2017 et 2019, et toutes les raisons de croire que cela va empirer plutôt que de s'améliorer. L'urgence climatique est réelle, avec des conséquences concrètes sur la planification urbaine. Les cartes d'inondation doivent être vérifiées à la lumière des preuves.

De meilleures solutions sont disponibles

Membres du Conseil, il est totalement inacceptable que cette proposition aille de l'avant, et de le faire serait gravement miner la confiance que le public peut avoir dans son gouvernement local. Nous attendons des considérations de vision et de priorité générale en plus de la convenance du site pour le développement lorsque des changements de zonage sont effectués. Au lieu d'approuver ce changement de zonage pour un développement plus risqué le long de la rivière à Ottawa, le Conseil devrait poser la question suivante : Y a-t-il un usage plus approprié pour ce site ?  L'aménagement de ce site (accessible à pied depuis le nœud du TLR du chemin Trim) pour l'ensemble d'Ottawa en tant que réserve naturelle et zone humide protégée avec un usage récréatif approprié est une meilleure solution tournée vers l'avenir, avec des avantages pour tout Ottawa.

De plus, comme l'Alliance pour les espaces verts l'a suggéré dans son mémoire, un échange de terrains avec des terrains appartenant à la Ville immédiatement au sud de la propriété en question devrait être étudié et pourrait fournir un emplacement nettement supérieur pour le développement.

En résumé, nous vous demandons vivement de rejeter cette recommandation du Comité et de la renvoyer au personnel en lui demandant de révéler toute la documentation disponible et d'exiger des consultations.

Angela Keller-Herzog

Directrice générale

Associations communautaires pour un environnement durable

 

Alice Irene Whittaker

Directrice générale

Écologie Ottawa

 

Rachelle Lecours

Présidente, Association communautaire du Grand Avalon

 

Paul Johanis

Président, Greenspace Alliance of Canada's Capital 

Articles récents

Partager cette page

Passer à l'action

Nouveautés
J'agis!
Inscrivez-vous comme bénévole
Faire Un Don
Devenez un donateur mensuel

Restez connecté•e avec nous