Annulez les élargissements de routes pour favoriser les transports en commun !

For this post in English, click here.

Nous avons publié une déclaration conjointe avec plusieurs autres organisations aujourd'hui, faisant appel à la Ville d'Ottawa pour réaffecter les fonds destinés à l'élargissement des routes au transport en commun. Au-delà des 47 millions de dollars de coupures dans le transport en commun dans le budget 2023, le conseil municipal a laissé un écart de 39 millions de dollars qu'il espérait voir comblé par d'autres paliers de gouvernement.

Le problème ? Ils n'ont obtenu aucun financement de ce type. Maintenant, OC Transpo se retrouve avec un déficit substantiel, et ils viennent de commencer un "examen" des itinéraires d'autobus "pour optimiser notre système de transport en commun existant."

En même temps, la Ville a budgété plus de 50 millions de dollars pour des élargissements de routes - même après que l'élargissement de la Promenade Aéroport ait été reporté. Ces élargissements sont orientés vers les déplacements en voiture, alors même que la Ville s'est engagée à réduire la dépendance à l'égard de la voiture et à faire la promotion de modes de déplacement durables, tels que les transports en commun. Ne serait-il pas plus logique de réaffecter ces fonds aux transports en commun ? C'est ce que nous pensons.

Veuillez lire la déclaration ci-dessous !

_____________________________

La déclaration envoyée était en anglais ; ceci est une traduction pour nos lecteurs francophone.

Ottawa est confronté à un risque réel de nouvelles coupes dans les services d'autobus après l'annonce récente d'un manque à gagner budgétaire. Malheureusement, ce déficit est entièrement auto-infligé. Le maire a laissé un trou de 39 millions de dollars dans le budget 2023 des transports en commun, finalement approuvé par une majorité de conseillers municipaux, en supposant qu'il serait couvert par des contributions provinciales ou fédérales. Cela n'a pas été le cas.

Avec des fonds insuffisants dans la réserve d'OC Transpo, le conseil municipal doit intervenir et faire ce qu'il aurait dû faire en premier lieu : financer le transport en commun comme le service public essentiel qu'il est. Pendant des décennies, le conseil municipal et la direction des transports ont négligé et sous-financé notre service d'autobus, en donnant la priorité aux besoins des navetteurs venant du centre ville de 9 à 5 heures. Même ici, ils ont opté pour le système le moins cher possible, le train léger, veillant pratiquement à ce qu'il soit une option peu fiable et peu attrayante.

Alors que personne n'aurait pu anticiper la pandémie de COVID-19 et le passage au travail à distance qui s'en est suivi, OC Transpo a passé les trois dernières années à attendre que les travailleurs fédéraux soient contraints de retourner au bureau plutôt que de rendre son service plus attractif pour de nouveaux usagers en dehors des heures de pointe traditionnelles. Toute personne qui conduit est un usager potentiel des transports en commun si le service répond à ses besoins, et compte tenu de la crise climatique et du coût élevé de la vie, le fait de ne pas proposer une alternative pratique, abordable et à faible émission de carbone à la voiture est une abdication flagrante de responsabilité.

Les transports publics sont une question d'équité.

Si nous voulons augmenter les taux d'utilisation des autobus, nous devons abandonner l'approche habituelle qui consiste à augmenter les tarifs et à réduire les services. Nous devons améliorer et développer le service. Cela signifie des autobus plus fréquents, un train léger sûr et fiable, un service Para Transpo qui réponde aux besoins de ses usagers, des voies réservées aux autobus sur les grands axes routiers, des arrêts d'autobus accessibles et des transports gratuits pour les usagers à faible revenu. Cela nécessite des actions audacieuses et des investissements immédiats. Les gens ne prendront pas le bus tant qu'OC Transpo n'aura pas mis en place un service répondant à leurs besoins, tant qu'il n'aura pas regagné un minimum de confiance de la part du public, et tant qu'il ne vaudra pas la peine d'être utilisé.

Nous faisons appel au conseil municipal pour qu'il prenne des mesures immédiates en annulant ou en reportant les projets d'élargissement et d'expansion des routes approuvés cette année, d'une valeur de plus de 50 millions de dollars, et en réaffectant les fonds à OC Transpo afin d'éviter les coupures de service. Un examen complet des services est une initiative bienvenue et qui aurait dû être menée depuis longtemps. Il nous permettra de mieux comprendre les problèmes de notre réseau de transport en commun et de trouver des solutions pour qu'il fonctionne pour tout le monde. Cependant, cet examen devrait être indépendant d'OC Transpo et impliquer directement les usagers, les conducteurs et les groupes de pression dans l'élaboration des recommandations clés. L'objectif doit être d'améliorer le service plutôt que de l'"optimiser", ce qui a trop souvent signifié des suppressions d'itinéraires.

Nous appelons également la Ville à explorer d'autres sources de revenus possibles, comme les frais de stationnement et les taxes foncières, tout en faisant pression sur les niveaux supérieurs de gouvernement pour qu'ils fournissent un financement opérationnel régulier afin que nous soyons moins dépendants des tarifs imprévisibles et régressifs pour financer le transport en commun. Les impôts fonciers ne suivent même pas le rythme de l'inflation, et une augmentation modeste peut permettre aux résidents d'économiser de l'argent si elle est investie correctement dans les biens et services publics.

Nous sommes confrontés à une urgence climatique et à une crise du coût de la vie. La déchéance des transports en commun ne fera qu'aggraver la situation, en particulier pour les familles à faibles revenus et les travailleurs du secteur tertiaire qui dépendent de ce service. En revanche, un système de transport en commun robuste est le meilleur moyen de réduire les émissions de carbone et les coûts personnels et sociaux élevés liés à la possession d'un véhicule privé. Il n'est pas raisonnable d'attendre des gens qu'ils paient plus de 10 000 dollars par année pour conduire parce qu'il n'y a pas d'autre solution viable pour se déplacer dans la ville, qu'ils paient la facture pour l'élargissement sans fin des routes, la réparation des nids-de-poule et l'étalement urbain, ou qu'ils acceptent les percutants effets sur la santé de la pollution de l'air et des collisions dues au trafic.

La dépendance à l'égard de la voiture laisse en plan les personnes qui ne conduisent pas ou ne peuvent pas conduire, à savoir les personnes handicapées, les résidents à revenu fixe, les jeunes et les personnes âgées. Une ville pour tous signifie des services publics universellement accessibles et l'élimination des obstacles financiers et physiques à la mobilité. Cela n'est possible qu'avec un financement adéquat des transports en commun, l'expansion des services et la réduction des tarifs et non des services.

Nick Grover, Free Transit Ottawa [email protected]

Kari Glynes Elliott, Ottawa Transit Riders [email protected]

Sam Hersh, Horizon Ottawa [email protected]

Alice Irene Whittaker, Écologie Ottawa [email protected]

Articles récents

Partager cette page

Passer à l'action

J'agis!
Nouveautés
Inscrivez-vous comme bénévole
Faire Un Don
Devenez un donateur mensuel

Restez connecté•e avec nous