"Laboratoires de la démocratie" - Pourquoi les villes peuvent et doivent être en tête de l'action en faveur du climat

Vous avez déjà entendu l'expression "pensez globalement, agissez localement". Mais qu'est-ce que cela signifie vraiment ? 

Si vous vivez dans une ville canadienne, cela signifie que la lutte contre le changement climatique pourrait se dérouler dans votre propre cour. En matière d'action climatique, les villes peuvent et doivent mener la charge.

En ce moment, des centaines d'initiatives communautaires sont misent en place pour mener une action climatique conforme aux exigences scientifiques afin de préserver notre planète d'un changement climatique catastrophique. Les grands dirigeants peuvent se concentrer sur les réunions internationales et les discours du Trône, mais ce qui se passe dans les villes est important. Nous ne pouvons pas bâtir un Canada plus vert sans apprendre à bâtir des villes plus vertes. Au Canada, les villes sont directement ou indirectement responsables d'environ la moitié des émissions climatiques, et c'est là que vivent la plupart des Canadiens. C'est là que nous prenons les décisions quotidiennes qui consomment de l'énergie et génèrent des déchets, qu'il s'agisse des déplacements, du chauffage de nos maisons ou de la planification de nos environnements urbains.

Avec un si grand nombre de villes qui s'attaquent en même temps à la crise climatique, elles ont une occasion unique de jouer le rôle de "laboratoires de la démocratie". Cette expression, utilisée par un juge de la Cour suprême des États-Unis au début du 20e siècle pour caractériser les États américains, met en évidence les possibilités offertes par l'expérimentation de politiques au niveau local ou quasi-local.

Les villes font d'excellents laboratoires. Chacune d'entre elles doit relever le défi de transporter ses citoyens, de chauffer et de refroidir ses batiments et de développer des infrastructures pour répondre aux besoins complexes de ses habitants. Chaque ville doit trouver des moyens d'y parvenir tout en s'attaquant à la crise climatique mondiale. La bonne nouvelle, c'est que l'approche du laboratoire permet aux villes d'adopter ce qui fonctionne ailleurs, avant d'y ajouter leur propre touche.  

Prenons l'exemple de Toronto et d'Ottawa. Toronto a été l'une des premières villes à adopter une modélisation climatique complète, dans le but de définir les mesures nécessaires pour réduire considérablement les émissions d'ici 2050. L'objectif de Toronto - une réduction de 80 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 2012 d'ici 2050 - conforme aux objectifs provinciaux en place au moment de l'adoption des objectifs.

Jusqu'ici tout va bien, mais le dossier du climat évolue rapidement. En 2015, avec la signature de l'accord international de Paris, le monde a vu apparaître un nouveau langage sur l'arrêt des émissions "bien en dessous de 2 degrés Celsius", avec un objectif mondial de 1,5 degré. Quelques années plus tard, les Nations unies ont averti qu'il restait 12 ans à l'humanité pour respecter la limite de 1,5 degré et ainsi éviter une catastrophe climatique.

De retour au niveau municipal, les gens sont descendus dans les rues. En 2019, des déclarations d'urgence climatique ont été prononcées dans des villes du monde entier, dont près de 500 au Canada.

À Ottawa, cette déclaration a été jointe par une révision des objectifs climatiques. Suivant le nouveau langage et l'objectif de 1,5 degré vanté par la communauté internationale, Ottawa a surpassé l'objectif de Toronto en visant des émissions nettes nulles d'ici 2050. (Toronto a fait de même quelques mois plus tard, après sa propre déclaration d'urgence climatique). Tirant parti de l'expérience de Toronto, Ottawa a également adopté une méthode de modélisation similaire pour déterminer les nombreuses mesures à prendre pour atteindre cet objectif.

L'analyse d'Ottawa a été achevée cet automne et contient un nouvel élément que d'autres villes peuvent adopter ou adapter. Elle contient une analyse financière qui explique les coûts de l'action climatique et les milliards de dollars d'économies qui résulteront d'investissements initiaux ambitieux, les Ottaviens économisant sur des bâtiments plus efficaces et des voitures électriques. Il s'agit d'un argumentaire fiscal solide en faveur de l'action climatique - une caractéristique importante qui pourrait accélérer l'adoption par les conseils municipaux à court d'argent.

Cet exploit est particulièrement remarquable quand on sait où en était Ottawa dans le dossier du climat il y a seulement quelques années. En 2014 encore, Ottawa n'avait pas de plan crédible par rapport à l’action climatique, une dotation minimale en matière de climat et un conseil sans but. Aujourd'hui, nous sommes unanimes à reconnaître la nécessité d'un plan ambitieux. Le défi reste dans l'action - obtenir le financement nécessaire, lancer des projets clés et suivre rigoureusement les progrès accomplis vers nos objectifs climatiques tout en forurnissant des rapports en lien avec ceci.

La lutte contre le changement climatique est certes mondiale - aucune ville, province, État, pays ou région ne peut y parvenir seule. Mais l'action locale compte, et les villes offrent une occasion exceptionnelle d'agir en tant que laboratoires de la démocratie axés sur le climat. Ce que nous apprenons les uns des autres peut renforcer la communauté urbaine largement et donner le coup d'envoi à de profonds changements qui contribueront à relever le défi climatique générationnel.

Un blogue de l'Urban Climate Alliance. L'Urban Climate Alliance est un réseau de quatre organisations environnementales municipales basées en Ontario qui s'efforcent d'agir sur le climat au niveau des villes. Les membres sont Ecology Ottawa, Environment Hamilton, the Citizens Environment Alliance et Toronto Environmental Alliance.

 

Partager cette page

Rejoingnez-nous
J'agis!
Nouveautés
Faire un don

Connectez-vous avec nous